Je continue mes petites notes sur mon job.... Je me suis rendu compte que mon métier de Responsable des Ressources Humaines n'est pas connu. Souvent, lorsque je présente mon activité, on me demande ce que je fais.... Le contenu de mon job...
Je me suis amusée la semaine dernière à ouvrir un document word en arrivant.... et à y noter ce que je faisais au fur et à mesure. Pour voir.

Je m'en suis souvenue aujourd'hui quand je suis entrée dans mon bureau ce matin où j'ai trouvé une salariés dans un état d'énervement, de pleurs, de.... pfou.... bref. J'ai tenté de la calmer comme j'ai pu. Et quand, voulant faire un break je suis allée me chercher un café... j'ai rencontré une autre salariée... chargée d'un très gros problème personnel, dont elle s'est - un peu - déchargé sur moi.

Alors voilà, mon activité jeudi dernier, à la manière d'Amélie

Levée 8h/ Arrivée 9h30 (pb de métroooooo)/ Un salarié à vélo tel un fidèle destrier m’ouvre la porte/ Je croise le Directeur Financier qui me demande de venir le voir/ je monte les escaliers/ Un VP (le haut du panier en terme de directeur!)  me dit qu’il m’a mis un Rendez-Vous pour la semaine prochaine 14h : rapport avec un nouveau commercial/ Je ne suis toujours pas dans mon bureau/ Je croise un autre salarié, point sur ses derniers problèmes de logement / J’entre dans la cuisine 2 salariés sont là : « bonjour » connexion des neurones : un manager, celui de cet employé qui n’arrive pas à trouver de logement/ Mise en place d’un plan d’action pour l’aider, en préparant mon café/ Fin du café, le problème est en voie de résolution/ J’en ai profité pour faire un point sur son équipe/ Tout roule.

J’arrive devant mon bureau, je pose mon sac/ Je vérifie mon portable, tiens un SMS d’un salarié justement, je lui répond/ Au moment où j’appuie sur « envoi » le salarié en question arrive/ Oublier les problèmes de l’équipe précédente, s’intéresser à cette personne indépendamment du reste/On me demande si je suis dispo pour un pique nique ce soir, oui (mais du coup, quand aurais-je le temps de faire le gâteau commandé par ma copine ?)/ On me souligne la présence de mes cernes (merci F !)/ Epuisée, je ne crois pas… vidée… sûrement/Pendant ce temps, j’ai tout de même réussi à installer mon portable et à l’allumer.

Un VP arrive, il me parle du problème des commerciaux expatriés/ Comme ça de but en blanc/ Ok, c’est parti, remettre le cerveau à 0, oublier les problèmes des managers rencontrés avant, se mettre dans la peau d’un commercial expatrié/ Soulever les problèmes/ Acquicer/ retourner les faits dans tous les sens pour être sûre de n’avoir rien oublié, d’avoir vu le maximum de choses/ Dire bonjour au PDG qui vient nous saluer /Proposer des solutions/ Observer mon interlocuteur/ Adapter mon discours pour que les messages à faire passer soient entendus/ Anticiper/ Proposer un plan d’action/ valider le Rendez-Vous avec le commercial dont on m’a parlé (il y a une éternité) il y à moins de 2h.

Je commence à rédiger un mail. Une salariée me parle des ses problèmes de garde d’enfant : psy bonjour / je dois être là pour elle, à ce moment précis. Comprendre ce que cela peut impacter dans son quotidien, approuver sa solution, l’encourager/ Continuer mon mail / Voir débouler un salarié exité/ le calmer/ le laisser repartir/ Continuer mon mail. L’envoyer. Il fait 2 lignes il est 11H. Mail pour dire que je suis là aujourd’hui.

Retour d’une salarié sur un autre salarié. Tentative de comprendre ce qui se joue/

11h30 : faire une liste de mes tâches de la journée/ pas eu le temps avant/ Prioriser/ Lire mes mails et y répondre/ Commencer à travailler sur un sujet identifié comme prioritaire par mon PDG/ Une collègue me contacte par skype : Un blog qu’il faut ABSOLUMENT que je lise : hop netvibes, on verra plus tard/ Je n’ai pas encore ouvert le dossier sur le sujet prioritaire/Un salarié anglophone arrive/ je suis vraiment une quiche en anglais, pas grave, je vais lui parler, 2 mots/ Je retourne à mon sujet prioritaire/Un appel/ Retour au sujet/Dur de se concentrer, je pense à 4 trucs en même temps…/Muzique dans les zoreilles pour canaliser mon cerveau/ Re-sollicitation d’une collègue en anglais, heu là j’étais sur tout autre chose/Tiens le DAF passe, j’en profite il doit me donner une info. Ha mince il n’ a pas eu le temps, trouver les mots pour le motiver, il va le faire/ Changement de sujet, le CD commencé est fini, cela fait 1h que je « suis sûr la même chose » il est 12h25. Je vais aller manger… ha non réunion importante avec le Directeur du business développement : faire attention, recadrer, synthétiser, reformuler, en prendre l’essentiel, dégager un plan d’action….Il est 13h. Appel d’une amie - petit îlot de tranquillité fugace 13h15 - j’ai faim/ Je fais réchauffer mon petit plat préparé par mes soins et fait descendre la température d’un salarié over remonté en même temps/ je commence une discussion entre filles/ Tente de prendre des nouvelles d’un salarié qui ne va pas très bien/ On me demande un RV urgent pour parler d’un problème qui l’est tout autant il est 13h30/ Je prends le temps de prendre un petit café/ Problème important : relationnel entre 2 personnes : j’écoute, j’écoute, je calme, je recadre, je donne des astuces… la salariée repart en me disant que ça lui avait fait du bien, qu’elle est détendue, et qu’elle sait comment réagir/ Ca me donne la patate/ Il est 14h30/ J’ai le cerveau qui commence à faire des nœuds. Je reviens sur le sujet que je traitais avant de partir déjeuner/ Une collègue me parle d’un sujet transverse, j’en profite pour croiser les informations reçues quelques minutes plus tôt, et identifier une solution pour un problème trouvé/ Retour à mon sujet/Un autre salarié arrive, Problèmes de déménagement écouter, calmer, expliquer/ Ils sont deux maintenant dans le bureau/ Problèmes de management écouter , calmer, reexpliquer/Le salarié qui cherche un logement.. ha oui.... le voir, le rassurer, voir ce que je peux faire, il a besoin d’un souffle, d’un coup de pouce téléphoner à l’agence dans laquelle il a visité un appartement, rassurer l’employée, valider les papiers manquants, descendre retrouver l’employer, confirmer les papiers manquants, les chercher avec lui, les photocopier, lui donner une dead line « tu me tiens au courant lundi ? »/ Retourner à mon sujet  de « fond »/

J'ai arrêté la liste vers 15h. Ca me prennait trop de temps... Ce qui est sûr, c'est que, comme souvent, je n'ai pu commencer à travailler qu'a 19H....
Ce n'est pas vraiment une "journée type" dans la mesure où les journées types n'existent pas, tout est toujours différent!