Lorsque je suis allée chez l'ostéopathe, il m'a dit que si j'avais toutes ces douleurs au dos, c'est parceque j'avais une mauvais respiration. Celle-ci étant dûe à une forme de protection (je respire en me protégeant, c'est pas facile à expliquer, mais en gros, ça veut dire que je ne suis pas capable de respirer normalement comme 95% des gens sur cette terre).

Lorsque j'ai discuté avec ma collègue, elle m'a dit des mots qui font mal. Ils font mal parceque c'est la vérité. Elle m'a dit qu'on avait l'impression qu'il ne pouvait rien m'arriver, que je traversais tout sans dommages... Limite pas humaine, quoi.

Lorsque j'ai rencontré cette psychanalyste amie de mes parents, elle m'a dit au détour d'une conversation, que je m'étais forgé une carapace, une armure (entre autre via l'intellectualisation des choses, la rationnalisation des évènements...). Et que maintenant celle-ci m'empêchait d'avancer.

C'était tellement vrai à chaque fois, que j'en ai eu les larmes aux yeux.

Tellement de choses vécues sans doute, que l'on se protège. Beaucoup. Cela permet de passer les épreuves. Mais maintenant cette armure, protectrice... devient encombrante. Trop lourde. Trop Rigide.
Je n'arrive plus à bouger. J'ai du mal à me reconnaitre. Ou est cette fille spontanée, qui n'a pas peur d'entreprendre 1000 choses? Pourquoi ne suis-je plus capable de "déconner", de me "lâcher" comme avant? Pourquoi faut-il toujours que je réfléchisse, que je pèse le pour et le contre avant de prendre une décision. Tout est devenu mesuré chez moi... Et je déteste ça.


J'aimerai abandonner cette armure, la laisser, quelque part....